Le diner de Cons, une soirée plus que réussie...

Le dîner de cons de Francis Veber remporte un franc succès lors de son passage au Théâtre du Capitole de Québec les 16 et 17 mars 2012 et je peux vous assurer que tous les spectateurs présents (salle comble à chaque soir) ont vraiment apprécié leurs performances. Ayant déjà près de 200 représentations, depuis 6 ans, dont un long passage au Petit Champlain, il était temps que la production du Théâtre Voix d’accès s'installe dans la grande salle du Capitole.

A mi chemin entre la version écrite et celle filmée, Le Dîner de cons est un pur délice présenté ainsi dans un décor brillant, inventif et très éclairé qui vous permet de bien voir peu importe où vous êtes installés dans la salle. Bien que l'histoire soit encore la même et que la majorité des gens en connaît le déroulement on ne peut s'imaginer à quel point les acteurs entrent dans la peau du personnage et deviennent un duo complètement hilarant.

Comme à tous les mercredis, Pierre Brochant et ses amis organisent un dîner où chacun doit amener un con. Celui qui a trouvé le plus spectaculaire est déclaré vainqueur. Ce soir, Brochant exulte, il est sûr d'avoir déniché la perle rare, un con de classe mondiale: François Pignon, comptable au ministère des Finances et passionné de modèles réduits en allumettes.

Il n'avait pas prévu se blesser au dos avant le fameux dîner et que sa rencontre avec Pignon serait suivie d'une série de castastrophes, courtoisie de son grand Con...dont le message sur répondeur est aussi farfelu que le personnage. Les dialogues sont suaves, pointus et savoureux ; Emmanuel Bédard et Nicolas Létourneau sont les piliers de cette production que l'on voudrait sans fin.

Le con, il est curieux et rien ne résiste à son passage; toute une toupie qui vire autour de Brochant qui ne résistera pas à cette tornade mais il doit le supporter et demander son aide qui est bien loin de ce qu'il attendait. Drôle, carrément hilarant, irréfléchi, perdu mais fameux, irrésistible, attachant on ne peut lui résister même s'il embrouille la situation qui va de mal en pire.

Et la mise en scène est ingénieuse particulièrement lorsque l'on voit les gens qui sont au téléphone apparaître dans un cadre au mur ou lorsque le bruiteur utilise des sons originaux pour imager certaines situations ou les entendre penser, et le tout très à point.

Que ce soit l'épouse ou la maîtresse de Pierre ou son ancien ami Leblanc, le docteur /le contrôleur des impôts connu par Pignon, tous ont affaire au con qui a le don de tout foutre en l'air en disant tout ce qui lui passe par la tête et qui semble bien vide parfois bien que contenant des perles de sagesse lorsqu'il s'agit de peine d'amour.

Tout ce tumulte aura le don de changer la façon de voir de Pierre mais à quel prix ?? Si jamais vous avez l'occasion de voir ce petit bijou il ne faut pas hésiter car les interprètes y montrent à quel point ils sont brillants et que la qualité de leur rendu laisse une empreinte indélibile au centre du visage des spectateurs qui n'ont pu s'empêcher de rire tout au long.