Marie Josée Lord enchante les spectateurs de L'Anglicane!



L'Anglicane présentait Marie-Josée Lord, dans le cadre de Célébrations Lévis 2011, catégorie Lévis en scène, et cette soirée du 30 septembre 2011 restera gravée dans la mémoire de ses admirateurs venus encore une fois apprécier les talents de cette grande chanteuse lyrique.

Nous venant de la perle des Antilles, Marie-Josée Lord se raconte, de toute petite avec une chansonnette "bonjour docteur et byebye" avant de rencontrer ses parents et de venir à Québec où elle se laisse embrasser par la musique et de passer 10 années au Conservatoire ce qui a transformé sa vie entière, de l'espérance au destin, tout un chemin.

Elle nous offre la version lyrique de son bouillon, qui est une recette antillaise de légumes divers et d'un os de boeuf donnant le goût à ce mêt, et ce soir, ce sera sa voix qui servira d'os à la marmite de chants populaires et classiques qu'elle nous servira avec sourire et grand plaisir.

Elle débute par "Les gens de mon pays" puis enchaîne avec "Vivre"; le piano et le violon font solidairement écho à cette douce voix, pénétrante qui déferle son texte en cascades bouillonnantes, fluides et limpides. L'Opéra c'est du théâtre chanté et elle nous l'offre dans "Habanera" , "Ebben ? Ne andrò lontana" avec une diction musicale qui nous permet de tout comprendre, qui nous chante sa magie à l'oreille.

Que ce soit une trame sonore de film, ou une pièce popularisée par un personnage de bande dessinée "La Castafiore", elle s'exécute et donne un tout d'une extrême beauté, cherchant refuge dans l'âme du spectateur charmés par tant de grâce. Sa voix prend un tel essort qu'on dirait un rossignol au petit matin qui nous touche au plus profond dans "Somewhere" ou lors de "Summertime" .

Elle sait comment trouver notre corde sensible avec son archet vocal et notre coeur gonfle de bonheur sous ces notes mélodieuses. Il n'est guère surprenant d'apprendre que son dernier disque, vendus à plus de 25000 copies - ce qui est un exploit dans le domaine de l'Opéra - est en nomination pour l'album classique de l'année à l'ADISQ.

Après avoir chanté dans Starmania Symphonique avec l'O.S.M. à Montréal, à Paris, en Corée du Sud, au Centre National des Arts, on a pu constater pourquoi elle avait tant impressionné Luc Plamondon en l'entandant chanter "Stone" après nous avoir raconté comment elle avait décroché le rôle de Marie-Jeanne.

Derniers remerciements à la foule de s'être déplacée et d'avoir remplie la salle puis elle offre en rappel un "Amazing Grace" émouvant qui représentait la façon parfaite de terminer cette divine soirée.