Le Duc et la Duchesse de Cambridge visitent le Fort No 1 de Lévis

William et Kate, font une visiste Royale au Fort no 1 de Lévis, en ce 3 juilllet 2011 et c'est sous une salve d'applaudissements et des hourras que leurs Altesses Royales sont arrivées vers 15h36 et ont été accueillies par le ministre des Anciens Combattants, l'honorable Steven Blaney, C.P., député et Mme Marie Bouchard (son épouse). Leurs attitudes désinvolte, amicale et sans prétention et leurs larges sourires ont séduit instantanément la foule qui était venue pour les voir de plus près de leurs yeux en direct, sans l'entremise de la télévision omniprésente depuis leur arrivée en sol canadien.

Déjà la vue de la cavalcade qui amenaient leurs Altesses avait déclencher une vague de plaisir sur tout le site où des milliers de personnes les attendaient avec fébrilité depuis très tôt le matin, certains depuis 9h, et venaient de partout du Canada et de d'autres villes du Québec, sans oublier la presse internationale. La majorité trompait le temps en discutant à la ronde de ce qu'ils savaient sur le couple princier, de leurs attentes et souriaient à l'idée de ce qui pourrait se passer.


Après avoir présenté la mairesse de Lévis, son Honneur Mme Danielle Roy-Marinelli, le directeur général, Agence Parcs Canada, M.Alan Latourelle et Mme Josée Latourelle , le ministre Blaney présente au Duc et à la Duchesse de Cambridge, un vétéran de la Deuxième Guerre mondiale, M. Jean Cauchy et les ambassadeurs de l'entraide de la Rive Sud.



Ils serrent la main et adressent quelques mots à M. Maurice Tanguay, président de la Fondation Maurice Tanguay, à M. Richard Bégin, directeur général du Centre d'aide et prévention jeunesse de Lévis puis à M.Yvon Gosselin, président du comptoir alimentaire Le Grenier, à Mme Claire Bouchard, coordonnatrice de l'Essentiel des Etchemins, M. Pascal Brulotte, directeur général du Patro de Lévis et finalement à Mme Louise Brissette, fondatrice de l'organisme Les Enfants d'Amour et mère adoptive de 36 enfants handicapés.

Ensuite le couple Royal s'est dirigé vers les petits enfants costumés comme des petits soldats d'époque qui leur ont fait une ligne d'honneur; ils se sont penchés vers eux pour les remercier chacun de leurs présences et du rôle qu'ils jouaient lors de cette visite...ensuite, ce fut le bain de foule.

Des fans qui scandaient leurs noms, qui se pressaient près des clôtures dans l'espoir de voir le couple royal et de pouvoir leur dire qu'ils les aimaient , leur serrer la main et leur offrir des cadeaux ou des fleurs choisies spécialement pour eux. Des centaines de jeunes filles rêvent encore plus maintenant de devenir princesse à leur tour et de vivre un conte de fée, qui ne doit pas être de tout repos durant cette tournée.

Après une remise officielle de fleurs et d'un tableau produit par un lévisien de talent, leurs Altesses Royales sont revenues au point de départ pour faire leurs adieux aux gens qui leur avaient été présentés et faire un dernier salut de la main avant de reprendre leur chemin vers l'aéroport et se diriger vers l'Île-du-Prince-Edouard à bord de l'aéronef des Forces canadiennes (vol d'une durée prévue de 1h20) et nul doute qu'ils seront attendus dignement comme lors de leur visite chez nous.

Après leur départ, plusieurs ont transmis leur impression de cette visite royale et la vision de M. Jean Cauchy vétéran, qui a eu l'honneur d'être présenté au couple princier, en nous mentionnant "cela valait vraiment l'attente et les préparatifs faits pour la visite d'un couple royal, qui change de la monarchie traditionnelle et qui représente un vent d'espoir pour nous " reflète de que les milliers de spectateurs présents ont ressenti en les voyant de si près avec un coeur qui battait un peu plus vite à leur approche et un sourire accroché aux lèvres après leur départ...avec un seul souhait, qu'une autre visite se produise très tôt.



Le Ministre des Ancients Combattants, le très Honorable Steven Blaney était très fier d'accueillir le couple au lieu historique qui a été construit sous l'égide de l'une des ancêtres du Duc de Cambridge,en effet,la construction des Forts-de-Lévis a débuté en 1865 sous le régime britannique en prévision d'une éventuelle attaque américaine.

À cette époque, la Guerre de Sécession vient tout juste de se terminer aux États-Unis. Le Canada est, à l'époque, toujours une colonie britannique. Sa défense est donc responsabilité de la couronne britannique.

Photo: courtoisie Parcs Canada

La paix est fragile. La Grande-Bretagne craint que l'armée de l'Union (États du Nord) envahisse le Canada pour récupérer le terrain qui aurait été perdu aux Confédérés (États du Sud) lors de la guerre civile.

L'Angleterre se dit neutre durant le conflit même si elle maintient l'important commerce de coton avec les états du sud. Effectivement, les manufactures de textiles britanniques dépendent grandement de l'approvisionnement en coton dans le sud des États-Unis.